Le choix du coeur ou le choix du mental ? les deux !

0 Non classé No Comments

 

Un jour, lors d’une consultation, les guides me dirent que pour savoir comment poser un choix dans sa vie, il fallait se poser ces deux questions qui sont les suivantes :

 

Est-ce que la situation, la personne ou ce choix t’apporte de la joie? Si non, est ce que c’est uniquement à court, moyen ou long terme ? Cette question concerne votre cœur.

Est-ce que la situation, personne ou choix respecte tes besoins ? Si non, est ce que c’est uniquement à court, moyen ou long terme ? Cette question concerne votre mental.

 

Voyez que pour les guides, les deux sont importants. Il faut un équilibre entre le cœur et le mental. Si vous répondez non aux deux questions, vous savez que ce n’est pas le bon choix à faire pour vous car vous risquez d’abandonner par la suite ou que votre corps vous abandonne (burn out etc). Car y aller si vous avez répondu non, c’est tout simplement un manque d’amour et d’estime pour vous-même. C’est se mettre en difficulté volontairement (faudra alors sonder en vous le pourquoi de cet auto sabotage). Par ailleurs, les guides ne vous empêcheront jamais d’aller dans une direction avec des choix négatifs, ils vous diront simplement que vous saviez avant d’y aller et que donc vous êtes responsables de vos difficultés.

 

Certains choix aussi sont négatifs mais on sent intuitivement qu’ils pourront nous apporter quelque chose. Pour les guides, tout est expérience est source d’une sagesse. Il faut parfois poser ce type de choix tout en sachant inconsciemment que ce n’est pas la bonne voie pour comprendre qu’on a fait ce choix sur ses blessures et non sur ses envies (j’ai envie de prouver qui je suis, j’ai envie d’avoir de la valeur pour les autres, j’ai envie de me nourrir de choses justes pour palier mon enfance, faire des choix réparateurs mais qui ne soulagent pas la blessures,  etc. sont des décisions prises sur des blessures et non pas sur de la joie). En gros, ici vous voulez avoir un impact sur le regard extérieur et non pas générer votre autonomie intérieure. Ce type de choix tombent vite à l’eau si l’extérieur ne vous remarque pas… Les guides aiment aussi rappeler que nous ne connaissons pas la feuille de karmique de chacun et que donc il est nullement nécessaire de se comparer entre nous et sur nos choix. Ce qui fonctionne pour une personne avec facilité est peut être en lien avec son propre karma.

 

Si vous avez répondu seulement non à une des deux questions, c’est alors à vous de réfléchir. Les guides vont vous dire que vous pouvez y aller mais sans vous plaindre car vous saurez qu’il y aura des contraintes à ce choix. Une fois que cela est conscientisé, généralement, il est plus facile d’endurer les passages à vide.  Les guides rappellent qu’on a toujours le choix même si celui-ci est compliqué et peut entraîner des ruptures ou des sacrifices dans votre vie. On est responsable de comment on mène sa vie. L’extérieur n’a le pouvoir qu’on lui laisse.

 

Bien sur, vous allez me dire « mais on a pas toujours le choix ». Il est vrai que certaines situations s’imposent à nous et qu’il est difficile, dans l’urgence du moment, de savoir quel choix poser ou que le choix s’est imposé à nous sans avoir pu l’éviter. A ce moment là, le seul choix qui vous reste, c’est votre réaction face à la problématique. Les guides vont alors plutôt vous aider à trouver la bonne manière de réagir à la situation sans tomber dans le statut de victime mais bien d’être divin qui va pouvoir rayonner sa Lumière pour diminuer l’intensité de ce qui vous arrive et laisser l’Univers l’aider pour surmonter la problématique.

 

La deuxième question implique surtout vos blessures. Car nos besoins sont fondés sur les ressources que nous devons posséder pour vivre une situation avec sérénité. Ainsi une personne qui a du mal avec les gens, voudra peut être des moments de solitude. Une personne qui a besoin de reconnaissance, voudra être appréciée à sa valeur juste (diplôme, compétences), etc. Et si ces besoins ne sont pas respectés, elle se fatiguera plus vite et aura plus vite un comportement agressif. Il est donc ultra nécessaire avant de faire un choix de vérifier ses besoins en toute honnêteté et ne pas se dire que ça ne doit pas compter. Car si le mental ne suit pas, le cœur va très vite se fermer lui aussi. Au fur et à mesure de votre travail de développement sur vous mêmes, vous aurez moins de contraintes avec cette question. En fait, pour les guides ici, l’acte d’amour est de vous respecter dans vos limites. De les prendre en compte avec amour et de les accepter! Et de ne pas se dire qu’on est faible ou nul et de penser qu’on pourra bien gérer tout ça au moment même. Car généralement le fait d’accepter ses limites, c’est le premier pas pour les soulever. 

 

A ces questions, je me demandais alors « oui mais comment savoir si on suit son cœur ou si on suit ses blessures ? » surtout que notre mental adore usurper le rôle du cœur pour nous faire croire que c’est celui-ci qui parle.

 

Le guide répondit à ma pensée en m’expliquant ceci. Si face à un choix on éprouve de la joie, alors c’est notre cœur qui parle. Si nous ressentons plutôt un soulagement, alors c’est notre mental qui parle. Le meilleur choix est donc celui qui vous procure à la fois de la joie et un soulagement. Mais si vous avez un des deux, c’est déjà bien. Par contre, nous ne devrions jamais sacrifier notre vérité intérieure sur l’autel des obligations sociétales. Alors réfléchissez bien, car ce monde deviendra meilleur, le jour où nous seront tous à notre place et cela passera par un choix du cœur et un respect de nos limites.

 

En bonus, je vous mets cette très belle vidéo de Nicole Bordeleau qui résume très bien certaines choses!

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

fc0ce34d2d7aaf9ffac718cd42be7c3e]]]]]]]]]]]]]]]]]]]]]]]]]]