Cette science de la psychologie part du principe que tous nos maux, maladies mais aussi attitudes, peurs, limitations ou comportements sont en lien avec les traumatismes et les protections que nos ancêtres nous ont légués sur plusieurs générations. Quand on travaille donc par ce prisme, on s’intéresse à chercher ce qui s’est passé au-dessus de vous pour mieux comprendre qui vous êtes aujourd’hui. Nul besoin d’avoir un arbre fourni pour travailler.

 

Pour mieux comprendre, voici quelques exemples :

 

  • La stérilité, les soucis de bassin peuvent s’expliquer si, au-dessus de vous il y a eu des abus, ce traumatisme passé cellulairement vous permet de vous protéger d’une grossesse non voulue ou d’un IVG qu’aurait vécu une femme au-dessus de vous. Alors même que vous avez peut-être un désir de grossesse ! Il faut alors déverrouiller le corps.

 

  • « Je tombe toujours sur des personnes qui m’abandonnent et ce schéma est répétitif, je ne comprends pas pourquoi. » Est-ce qu’au-dessus de vous, un parent/grand-parent a été absent pour un membre de la famille ? a abandonné la famille ? n’a pas fait attention à vous ?

 

  • « Je rencontre des partenaires violents. » Est que vous avez été témoin de la même chose au-dessus de vous ? Quelle est votre estime de vous ? Quelle a été votre éducation sur ce sujet ? vous a-t-on mis en valeur ou au contraire, ayant subie la violence, vous avez perdu confiance en vous ?

 

  • « Je refuse de m’engager dans une relation ou d’avoir des enfants car j’ai l’impression de perdre ma liberté », est ce qu’ un parent/grand-parent a eu cette impression mais ne l’a jamais dit en se mariant, en étant parent ? s’est-il marié pour les apparences, par obligation ? Du coup, vous avez décidé de faire le chemin inverse pour vous protéger.

 

  • « Je n’ose pas m’affirmer et je prends trop soin des autres. J’ai beau savoir que je mérite mieux, au fond de moi, je me sens coupable. » Dans quelles circonstances êtes-vous venu au monde? Avez-vous été désiré, un accident ? Causé des soucis à l’accouchement ? Un parent vous a-t-il rejeté ou dis clairement que vous étiez un poids pour lui ?

 

Et la liste des exemples est encore très longue. Bien sur tout est au cas par cas ! cette thérapie qui travaille donc sur le transgénérationnel a pu but de dénouer les nœuds transmis par vos ancêtres pour que vous puissiez vous libérer de limitations et vivre la vie que vous souhaitez.

 

Si vous voulez allez plus vite, je vous conseille déjà de lire de votre côté le livre « les 5 blessures qui empêchent d’être soi-même » de Lise BOURBEAU, qui est la première étape de la thérapie. Je vous le ferai lire à tous les coups.

Si vous voulez approfondir et que vous avez des talents d’autodidacte, je vous conseille JODOROWSKI « La famille, un trésor, un piège ». Le livre explique le fonctionnement de la psychogénéalogie.

 

 

Comment se déroule une séance :

 

– Vous m’expliquez votre problème, je vous pose des questions pour établir un tableau et voir comment tout s’imbrique.

– Je mets en évidence le(s) traumatisme(s) et je vérifie avec vous.

– Je procède ensuite à un soin énergétique de bioénergie si c’est possible pour tout soulever ou en fonction, je vous conseille des comportements ou des exercices à mettre en place pour dépasser le problème, si la conscientisation n’est pas encore assez forte.

– Au besoin, une séance d’hypnose peut s’imposer car elle permet de travailler directement sur l’inconscient et de soulever le blocage en douceur.

 

La séance se fait en visio ou au téléphone.

 

 

Est-ce que la psychogenealogie peut aider à guérir une maladie, l’atténuer ou la stopper ?

 

Si on part du principe que tous maux du corps sont un appel au secours, on peut en effet, en travaillant sur soi, diminuer voir guérir de certaine maladie. Mais attention, il ne faut pas pour autant mettre la médecine allopathique hors de votre vie ! Bien au contraire.

 

Pour ma part, après deux ans de travail intense sur moi, je suis arrivée à stopper la propagation des adhérences et de kystes endométriosiques. Je me suis évidemment fait suivre par mon médecin et par des spécialistes qui ont dû, à un moment, eux même avouer qu’ils ne comprenaient pas comment j’étais arrivée non seulement à stopper l’évolution mais en plus à faire disparaître légèrement quelques adhérences. Mais il faut un suivi médical, c’est obligatoire. Et accepter, quand on voit que les choses n’évoluent pas positivement, de continuer des traitements parfois lourds.

 

Allié au travail de l’esprit, je suis aussi partie à la découverte de mon corps ! Féminin sacré, naturopathie (gemmothérapie, fleurs de Bach, phytothérapie, complément alimentaire), ostéopathie viscérale, massage psychocorporel, magnétisme, et j’en passe ! Le parcours et les méthodes sont différents pour tout le monde.

 

Le travail est long et demande beaucoup de patience et de bienveillance surtout. Il y aura des moments de doutes, de colère, d’incompréhension si la maladie n’évolue pas dans le bon sens mais il ne faudra surtout pas se décourager. Dès que vous comprenez que votre corps est un messager de ce qui se passe au fond de vous ou dans votre lignée, vous n’aurez plus peur.

 

Les livres qui peuvent vous aider à lire les maux émotionnellement :

 

MARTEL J., « Le dictionnaire des maux et maladies »

BOURBEAU L., « Ton corps te dit aime toi »   – dictionnaire « plus féminin » des maux en donnant en plus en technique de lecture par soi même

BROFMAN ., « Tout peut être guéri » – pour apprendre par soi-même la lecture des maux du corps

 

 

87e1f417ecece043430a9c22741bf67cOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO